Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Graines de Malice
Graines de Malice
Menu
Un mille passé

Un mille passé

A l'aube est ce frisson sous l'échine, je cuis

La ficelle s'étire à travers ses roseaux

D'étoiles ces plaisirs, lassés, ces pluies du mot

Retorses, je bats le voile, soustrais l'ataraxie

 

A mon cœur, je complète, dans l'indéniablement

Coulant est le cerveau piloté dans tes doigts

D'effets, je  suis ce cercle à l'orée de tes pas

Filés est de cristal, indéfectiblement

 

Favorable silence, de tes abnégations,

J'adjoint, une pléthore, pénurie frauduleuse

De bonbons ce bohème enrhumé, onéreuse

L'eau vole, en corbeaux blancs, je tache en évictions

 

L'émotion coupe nette, un poème à trois bras,

Pour décocher la terre, un sourire, quelle audace !

D'éprouver dépravée, le chanvre nos rapaces

Sérieux plaisantins, le serpent de mes lois

 

Sévit dans l'artefact, plénier est un régal

Trône est des circonstances, chimique arborescence,

Quand mon tout ne fait rien, j'assume en conséquences,

Résurgence, je maudis, mon moi, fer à cheval,

 

Car auto décision, grimée de quel humour,

Dérision pulsatile, un radar, ton cou neuf,

Pour applaudir mon geste, mon rayon, bout de l'oeuf

Action victorieuse, rieur, mon troubadour.

Un mille passé